U18 F – Une lente maturation

U18 F – Une lente maturation

9 mars 2020 0 Par OAJLPADMIN

Les longues coupures dues aux vacances ou au hasard des calendriers sont toujours difficiles à gérer. On ne sait pas vraiment où on en est, l’effectif est souvent incomplet à l’entrainement et un gros point d’interrogation subsiste toujours au coup d’envoi du jour de la reprise.

On peut affirmer qu’en ce qui concerne les U18 France la pièce est tombée du bon côté. Et finalement à bien y penser ce n’est peut-être pas anodin.

Cette fameuse reprise était donc fixée le dimanche 1er mars à Mazan, dans une salle où il n’est jamais facile de s’imposer. En première phase les vauclusiennes avaient déjà croisé notre route et s’étaient imposées par deux fois, bien que les deux équipes étaient très proches. Les cinq premières minutes confirment parfaitement ce constat, les deux formations n’arrivant pas à faire l’écart. Ce match sera un modèle de suspense, Mazan et Antibes prenant tour à tour l’avantage mais jamais plus d’un but d’écart. Très très crispant. Et c’est dans les ultimes secondes que la victoire choisira le camp local. Un double raté sur contre-attaque pour Antibes, une autre réussie pour Mazan et ces dernières s’imposent sur le score de 30-28.

Pourtant c’est sans doute une des plus belles prestations antiboises depuis le début de la saison, avec notamment une Océane inarrêtable (14 buts). La défaite de ce jour n’a que peu d’importance au vu des progrès constatés d’un point de vue technique, physique, et surtout mental.

Tout cela est formidable, mais seulement si on réitère rapidement ce genre de production. L’occasion en est fournie le samedi suivant 7 mars avec la réception du leader de la poule actuelle : Bouillargues. Encore une équipe qui nous avait battu deux fois en première phase, et encore une équipe très proche.

Un début de rencontre aussi performant que celui de Mazan était espéré, et on peut dire que les filles n’ont pas déçu sur ce point. Bouillargues démarre tambour battant (2-0) mais Antibes réagit rapidement, égalise et passe devant. Les gardoises repassent à +2 mais Antibes répond présent et le jeu va se stabiliser jusqu’à la 20’.

C’est alors que le plus improbable des coups de théâtre va se produire. Nous perdons coup sur coup nos deux demi-centres. Nell à la 15’ (genou), et Sofia à la 20’ (choc à la tête, protocole commotion). Avec deux des joueuses les plus emblématiques en moins, l’affaire ne se présente pas bien. Le coach visiteur qui avait bien analysé la feuille de match de la semaine passée, et voyant Océane déjà à 4 réalisations, va prendre une option de jeu capitale pour la suite. Il ordonne une stricte sur Océane. Et très clairement ce sera un mauvais choix.

Cette prise en stricte va faire l’affaire de Sefana, pas maladroite avec ses appuis, qui va parfaitement utiliser l’espace libéré pour offrir des caviars à Marine. Et contre toute attente c’est Antibes qui prend les devants et arrive à la pause avec un joli matelas 14-10.

Dans les vestiaires l’ambiance est surréaliste avec des filles qui ne demandent qu’à se battre pour la victoire, survoltées, et qui font le serment de tout donner et gagner pour Nell et Sofia qui est déjà dans l’ambulance.

Nous avons souvent parlé du courage légendaire de Nell et de Sofia. Mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Car il clair que les dix autres filles présentes n’ont pas laissé leur part du combat au chien, à l’image d’une Joyce se jetant sur tous les ballons qui trainaient, et plantant un missile en lucarne à 9 mètres alors que l’équipe était réduite à 4.

Antibes étouffe ses adversaires avec une défense quasi animale, et derrière Shara fait le job une fois de plus. En attaque Sefana et Marine continuent leur festival, et petit à petit tout le monde y va de son petit exploit : Yoli, Maya et Océane font enfler le score. L’écart atteindra même les 11 buts : incroyable ! En face nous avons les leaders de la poule et deux de nos filles sont out. Les filles de Bouillargues sont sonnées debout devant la furie antiboise et rendront les armes sur le terrible score de 33-24. Toutes sont bien méritent le tableau d’honneur, mais une fille attire l’attention : Marine qui n’est pas une habituée du Hall of Fame et qui a su élever son niveau pour scorer à neuf reprises.

Deux week end et deux prestations XXL, ne nous y trompons pas le travail a payé. Les progrès physiques, techniques, et mentaux sont visibles à l’œil nu. L’écart avec les autres équipes s’est resserré. Pour les coaches c’est bien là le plus important, bien au-delà des considérations comptables. Les valeurs qu’ils s’évertuent à transmettre aux gamines semblent être acquises, bien que cela demande tous les jours une confirmation.

C’est pour cela que Davor et Yvan étaient très fiers de leurs troupes. Les mots de Davor aux journalistes de l’Equipe et de MagSport06 ne disaient pas autre chose :

« L’équipe a su répondre aux sorties de Nell et Sofia par le cœur, la volonté, le courage et la détermination. Cette victoire restera gravée longtemps dans nos têtes comme un vrai symbole des valeurs que seul le handball peut nous faire vivre. La victoire que nous avons obtenue sur nous-mêmes a beaucoup plus de valeur que les points qu’elle apporte, alors gardons les valeurs essentielles : humilité, cohésion, détermination, et solidarité. »

Les amateurs de classement peuvent toujours affirmer que l’équipe à son destin en main et peut terminer première en gagnant tous ses matches. Effectivement elle le peut, mais seulement en étant fidèle à ses valeurs et en restant elle-même.