Arrêt brutal pour les U18

Arrêt brutal pour les U18

10 février 2020 0 Par OAJLPADMIN

C’est un sentiment de frustration et d’inachevé qui régnait à l’issue de cette troisième journée du Challenge de France U18. Après les deux premières victoires inaugurales tout le monde espérait pouvoir enchainer contre un adversaire plus conséquent : La Garde. Mais le retour sur terre est douloureux, et la défaite 30-26 a fait couler beaucoup de larmes.

Pourtant cela démarrait assez bien pour Antibes, qui profitait des très nombreuses erreurs varoises, et ne se faisait pas prier pour prendre le large et compter 6 buts d’avance après la moitié de cette première période. Sans être exceptionnelles nos filles faisaient le job en défense comme en attaque. Malheureusement, vers la 20ème, une première « baisse de tension » permettait aux visiteuses de se ressaisir, et ainsi réduire l’écart à trois unités au repos.

Marine

Malgré cela une certaine satisfaction régnait dans le vestiaire car il semblait évident qu’un bon résultat était possible. Mais le public déjà nombreux pour cette ouverture de la Nuit du Hand allait déchanter en seconde période.

Il faut bien reconnaitre que La Garde avait rendu une copie peu satisfaisante par rapport au niveau de leurs prestations passées. Et sans paniquer ces jeunes filles ont su élever leur niveau, rivaliser, puis dépasser les antiboises dans la qualité de leur jeu. Et comme un principe de vases communicants, au fur et à mesure que le jeu des varoises gagnait en consistance, celui des maralpines s’étiolait. La Garde égalisait rapidement puis prenait le contrôle du match. Grand coup de blues pour Antibes. Moins de concentration, de lucidité, et des petites fautes personnelles qui s’accumulent et qui finissent par couter cher. Désormais La Garde récite son handball et maintient nos blanches à 4-5 longueurs sans jamais douter. Antibes n’y arrive pas et la partie se termine sur un score en notre défaveur de 30-26.

Beaucoup d’amertume, dans les vestiaires, dans les tribunes, chez les coaches. Mais le constat est bien que les meilleures ont gagné, clairement, sans équivoque possible. Pourtant nos U18 ont beaucoup progressé, ont du talent, mais il manque encore un petit quelque chose. Elles sont tout à fait capables de rivaliser avec les meilleures équipes de la poule, mais pas sur une durée de 60 minutes. Il y a trop souvent des moments de relâchement, et pas forcément en fin de match. Il s’agit de grosses pertes de concentration, des oublis, qui nuisent à la perfection de chaque geste. Jouer un bon handball, juste, pendant soixante minutes, toute la difficulté se trouve là.

Pour cela il y a encore beaucoup de travail à produire. Et ce n’est pas facile du tout. Il pourrait y avoir une explication de cause à effet, en regard de la baisse de fréquentation aux entrainements au mois de janvier. Ce n’est pas à exclure. Le fait qu’un quart de nos joueuses ne peuvent participer qu’à une séance hebdomadaire, Pôle Espoir oblige, est aussi un handicap. Evidemment les nouvelles contraintes scolaires avec la nouvelle version du Bac n’aide pas non plus à remplir les séances.

Du travail, encore du travail, et toujours du travail. Il n’y a pas 36 solutions pour y arriver. Si on ne comprend pas ce discours, aucun espoir de progression. Le prochain rendez-vous aura lieu le 1er mars à Mazan, et il est possible que cette longue trêve soit bienvenue pour remettre les esprits d’aplomb, et sécher les larmes des plus fragiles. Hauts les cœurs et en avant toute.