ASSEMBLÉE GÉNÉRALE - 3 JUIN 2019

  • 12/06/2019

Alors qu'il n'avait encore que 17 ans, Simeon Braun a donné son accord au club nous rejoindre il y a un an. Un pari sur l'avenir. En ce mois de juin, il renouvelle sa confiance envers Olivier et inversement. Il continue dans notre équipe.

"Je suis très satisfait de cette première saison au club. J’ai la chance de faire parti du groupe et d’évoluer avec des joueurs d’expériences. J’aimerai pouvoir continuer à progresser et surtout réussir à me libérer en match. J’espère que cette nouvelle saison sera encore plus enrichissante aussi bien pour le groupe et le club que pour moi. Le parcours en coupe a été magique, gagner contre une Nationale 1 et avoir la chance de jouer contre des joueurs de StarLigue est une chance pour moi. J’ai eu un peu plus de temps de jeu dans cette compétition et j’ai pu un peu plus me lâcher et jouer. J’espère que la saison prochaine le parcours en coupe sera aussi intéressant que cette année..."


  • 04/06/2019

Notre immense arrière gauche, Souleymane Sibidé, prolonge une saison de plus à Antibes ! Pour l'occasion, quelques mots de celui qui nous a rejoint il y a un an.

"Je suis très heureux de poursuivre l'aventure. J'ai vécu une première partie de saison assez  difficile. Il m'a fallu un grand temps d'adaptation et je dois reconnaître que j'ai un peu douté. En deuxième partie je me suis relâché et j'ai réalisé de meilleurs matchs qu'en 2018. La confiance du coach m'a beaucoup aidé. J'ai pu scorer en attaque et ça m'a fait du bien. Pour l'année prochaine j'espère qu'on fera une aussi bonne saison voir mieux... On a la groupe pour et surtout garder la même cohésion que cette année c'est le plus important : notamment garder les apéros (rires). Je tiens sincèrement remercier les dirigeants et mes partenaires qui m'ont encouragé tout au long de l'année."



  • 03/06/2019

Jérômes Lopes sur le départ direction le Canada, le club s'est mis à la recherche d'un gardien pour former un duo avec Momo Maziane. Thomas Saint-Voirin se dévoile.

C'est un grand gardien de 189 cm, né en mai 1997 à Besançon, qui pour, une nouvelle vie, pose ses valises avec sa compagne sur la Côte d'Azur.

Un première vie qui lui a fait découvrir le handball vers ses 12 ans, où il suivait sa petite sœur, au CA Pontarlier Handball, Thomas lui, paysage et coutume locale oblige, était tourné vers le ski de fond. Un jour d'octobre, il a voulu essayer le handball. Pas de souci lui dira l'éducateur, mais effectif au complet, il lui a proposé le poste de gardien, bien lui en a pris. "Ça s'est fait naturellement. J'ai tout de suite aimé et je n'ai plus bougé. Ce poste particulier ne m'a pas gêné car, au football, j'étais déjà gardien. C'est un poste à part dans l'équipe, tu as beaucoup de responsabilités et changer ne m'a pas traversé l'esprit quand j'étais jeune, au contraire, j'ai vite était conforté."

Ainsi, il va franchir les étapes petit à petit en étant par exemple appelé dans les sélections Comité. A cette période, il va arrêter le ski de fond, pour ne faire que du handball. "J'ai commencé à m'intéresser plus en profondeur à ce sport et me dire que, pourquoi pas, j'avais une belle carrière à faire, alors j'ai tout mis en place pour y arriver." Très vite, dès sa deuxième année -16, il va être basculer dans la catégorie d'âge du dessus à Besançon, le club phare de la Franche-Comté. "L'équipe fanion ce club était en Pro D2. Et moi je me suis retrouvé deuxième gardien des -18 France." Avec ce groupe, il devriendra tout simplement champion de France -18 Elite ! Autre trophée ? Le titre de champion de France UNSS car Thomas un a parcours particulier, il n'a jamais été en Pôle, il a avancé, petit à petit, à sa façon, notamment en UNSS.

Barré à Besançon, il a cherché à entrer dans un centre de formation pour grappiller du temps de jeu et c'est pour Nancy qu'il a pris un billet et ce pendant quatre ans. "Durant ces années, je me suis mis à fond dans le handball. J'ai arrêté mes études. J'ai joué principalement avec la Nationale 3 au début puis, sur un tournoi, j'ai été appelé en Pro D2 contre Créteil ou encore Ivry qui était en D1. C'était en 2016. Au fur et à mesure j'ai intégré ce groupe et je suis là de deux ans à être H24 avec eux. J'ai pu faire quelques apparitions. Ça m'a servi. Je n'ai peut-être pas percé au plus haut niveau, mais ce ne sont pas des années de perdues."

A 22 ans il fallait malgré tout commencer à se poster les bonnes questions. "Soit je passais pro à Nancy ou alors je reprenais mes études en intégrant le projet d'une équipe d'un plus bas niveau..." Souvenez-vous, on vous a parlé de sélection en Comité pour Thomas. Qui était son coach là bas ? Davor ! "J'ai gardé de très bons contacts avec lui ces dernières années." Sans solution à Nancy le contact s'est établi suite à l'annonce de départ de Jérôme pour le Canada. "J'ai vite senti un bon feeling avec le coach Olivier et la Présidente Françoise. Rapidement, je me suis dit que c'était un beau projet."

Il arrive donc à Antibes pour un BTS Management du Commerce en alternance. Un club dont, certes il ne connaît pas grands choses, mais dont la saison ne lui est pas inconnu. "J'ai un très bon ami à Nancy qui connait le Capitaine antibois. J'ai suivi de loin leur saison, mais je sais qu'elle a été très belle. Je n’appréhende pas du tout. Pour nous, avec ma copine, c'est un vrai changement de vie dans le sud de la France, nous avons hâte."

Son sentiment sur le groupe ? "Il y a aura forcément de l'ambition avec cet effectif qui se connaît bien. Beaucoup ont connu le monde professionnel et je vais continuer à apprendre avec eux. Ce n'est que du plus pour moi. On verra si on reproduit le même parcours en coupe. C'est difficile c'est sur de concilier les deux avec la fatigue et les risques de blessures, mais d'un autre côté tu peux créer une super dynamique et communier avec ton public comme ils ont pu le faire cette année. Taper un gros à la maison, ça crée toujours du spectacle. Mais réaliser deux gros parcours est possible, avec Nancy on s'est qualifié pour les play-offs et en même temps on était en demi-finale de la coupe de France."

Et Momo ? L'homme avec qui il va partager la cage. "J'en ai entendu parler (sourire) car je connais pas mal de monde qui a pu jouer contre lui quand il était en Nationale 1. Pour moi, c'est tout benef d'être avec lui, il va beaucoup m'apporter."

- Ce que tu aimes à côté du handball : voir les copains, profiter du temps libre et sortir avec ma copine.
- Les voyages : Île Maurice, Majorque, la Grêce, la Sardaigne etc...
- Plats préférés : les lasagnes et bien entendu de bons plats franc-comtois comme la tartiflette et la raclette.
- L'artiste qu'il écoute en ce moment : Nekfeu.
- Un dernier mot : pressé de vivre ma nouvelle vie et de me lancer dans la saison avec les garçons.


  • 31/05/2019

Notre ailier gauche Nicolas Carrara, arrivé à Antibes l'été dernier, poursuit l'aventure avec les Titans. L'occasion pour lui de nous livrer quelques mots au moment de cette annonce.

"Ça a vraiment été une belle saison en tout point. Malgré le fait que nous n’ayons pu accrocher la première place en championnat, nous n’avons pas démérité. Cette deuxième place vient concrétiser une très belle année avec en point d’orgue un parcours en coupe de France exceptionnel. Je pense que nous allons nous rappeler longtemps de ce 16e de finale dans une salle de Saint-Claude pleine à craquer. J’ai vécu l’une de mes plus belles saisons et je me suis éclaté sur et en dehors du terrain. Les quelques arrivées venant renforcer un groupe stable devrait nous permettre d’avancer dans la bonne direction et d’aller grappiller, on l’espère, une place en championnat..."


  • 27/05/2019

Au lendemain de l'annonce de son retour officiel au club en provenance de Fréjus, Sébastien Sigari nous livre quelques mots. A lire sans modération.

"Souvent, je discutais avec Laurent sur le fait de revenir. Il me charriait. Et puis avec Alex aussi, on parlait de reformer notre duo, que ça pouvait être cool. Olivier cherchait un deuxième gaucher. On a pris contact et il m'a exposé son projet. Son discours ma plu. Et forcément le fait de retrouver le championnat Nationale 2 m'a incité à revenir à Antibes. Je reviens dans une équipe très forte, qui sort d'une grosse saison que ce soit en championnat où en coupe de France. Je sais qu’il va falloir que j’élève mon niveau de jeu pour être à la hauteur des autres et c’est ce dont j’ai besoin ! Je commence aussi à me rendre compte que les gens du club sont très contents que je revienne et ces attentions me touchent beaucoup. De mon côté, aussi, si je reviens c'est parce que j'ai vraiment un très bon souvenir ici et c'est aussi l'une des raisons pour lesquelles je reviens. Je tiens enfin à remercier les dirigeants et entraîneurs de Fréjus pour tout ce qu'ils font pour ce club. Sans oublier mes potes de l'équipe qui m'ont tous soutenu et encouragé à revenir jouer à Antibes."

Souvenez-vous que Sébatien était arrivé au club il y a quatre ans pour décrocher la montée en Nationale 2 et avait joué la saison suivante en quatrième division. Deux ans plus tard, le voici de retour à Saint-Claude.


  • 24/05/2019

Au club depuis l'été 2007, Alexandre Audou prolonge pour une année de plus à Saint-Claude. Le moment pour lui de livrer aux supporters son sentiment sur la saison qui va s'achever dans une semaine et ce dernier match à Chateauneuf. "Les saisons se suivent mais ne se ressemblent pas. Chacune a des saveurs particulières et différentes. Cette année on va tous parler du parcours en coupe mais aussi de la déception car nous sommes passés à coter d’une saison exceptionnelle qui aurait pu être le plus beau souvenir de ma carrière de sportif : une montée c'est magnifique." Mais ce n'est que partie remise, l'an prochaine, notre N2M sera tout autant ambitieuse. "Après ce qu’on a pu montrer cette année avec les jeunes recrues qui se sont bien intégrés et encore des jeunes pour la prochaine saison, on peut encore voir haut. L’état d’esprit est vraiment super et on a pas fini de faire vibrer Saint-Claude."


  • 23/05/2019

Joueurs incontournable et indispensable de notre effectif, nous avons le plaisir de vous informer que Julien Denat jouera la saison prochaine sa quatrième saison sous nos couleurs ! Une année qu'il espère être aussi prolifique que celle qui va se terminer dans dix jours : "On s'est régalé. C'était top. Durant ma carrière, j'ai très souvent joué des maintiens donc celle là je vais m'en rappeler. Terminer deuxième est un super résultat. Et puis il y a eu la cerise sur le gâteau avec le parcours en coupe également." Et comme il nous le disait il y a quelques semaines, il est logique que le groupe reste très stable. "Cela fait maintenant quelques années que nous jouons ensemble, donc cela s'en ressent sur et en dehors des terrains. L'arrivée d'Olivier [Le coach] a fait du bien au groupe et les résultats se font ressentir. Il faut qu'on puisse garder cette stabilité de jouer le haut de tableau pour le club et pourquoi pas un jour finir premier. Et de ne pas avoir du chamboulement au mercato c'est la première chose pour réussir."


  • 20/05/2019

En remportant sa quatorzième victoire de la saison samedi à la maison contre La Crau, les Titans ont franchi la barre symbolique des 50 points. Il reste un match et en cas de victoire, les garçons s'arrêteraient à 54 unités ce qui appuie deux choses : la grande saison des garçons mais aussi le fait que Ajaccio était bien trop fort. Contre La Crau, dans la foulée du succès acquis des filles face à Hyères, les joueurs d'Olivier ont fait plaisir une dernière fois à une salle qui en aura pris plein les yeux cette année.

"On voulait bien finir à la maison contre une équipe qui nous avait posé beaucoup de problèmes au match aller. On a joué sans Jérôme Lopes qui s'est fait opérer lundi dernier des croisés dont on souhaite un bon rétablissement", explique Robin Foubert. Du coup, comme ce fût de coutume en première partie de saison, c'est notre jeune Augustin Claverie qui a joué le rôle de deuxième gardien et donc de douzième homme sur la feuille. "Le public a encore une fois répondu présent pour les filles comme pour nous."

Et sans réel enjeu, les garçons ont à nouveau fait preuve de beaucoup de professionnalisme. Sans être exceptionnels, ils ont su faire le nécessaire pour gagner. "Le match n'était pas parfait mais on su maîtriser notre adversaire de bout en bout en se faisant quelques frayeurs : comme habituellement." Si on doit retenir une individualité sur ce match, nous pouvons éventuellement citer Souleymane. Notre jeune recrue de l'été dernier s'est longtemps cherché offensivement en début de saison. Le déclic a c'est certain eu lieu : 8 buts et meilleur buteur du match. Tant de promesses pour l'année prochaine. Coup de cœur aussi à Thibault qui a prouvé qu'il se tenait à disposition d'Olivier à chaque instant avec sérieux.

On le sait, le groupe ne va pas bouger cet été, sauf départ de dernière minute, seul Jérôme, qui s'envole pour le Canada, ne sera pas là l'année prochaine. Alors, les garçons ont maintenant quinze jours pour profiter ensemble et préparer le dernier match à Châteauneuf qui aura lieu le 1er juin. Un premier bilan s'impose à Robin.

"Globalement on retiendra une belle saison avec un groupe de copains qui prend du plaisir et qui espère en redonner. Merci au public et aux dirigeants de nous soutenir. Chacun travaillent dans l'ombre pour créer une belle ambiance, dynamique et une belle image du club. Reste un match à Châteauneuf qui sera anecdotique car en gagnant samedi nous avons assuré définitivement notre place de dauphin. Quelle frustration durant l'hiver où on a laissé échapper quelques point qu'Ajaccio a su exploiter. Bravo à eux. A l'année prochaine à Saint-Claude pour le meilleur." Profitez un maximum les garçons, vous le méritez !


  • 14/05/2019

Message de Jérôme Lopes, gardien de la Nationale 2, à l'intention de ses équipiers et du club dans sa globalité.

"Aujourd'hui je me suis fait opérer des ligaments antérieurs. C'est donc pour moi la fin de saison. Ce message n'est pas un adieu mais un au revoir.

Je suis arrivé au club il y a maintenant deux ans et je ne savais pas ce qui allait m'arriver. Au début je n'étais pas épanoui. Peut-être parce que j'arrivais dans un club où je ne connaissais rien, mes amis me manquait et je côtoyais des joueurs aux carrières incroyables.

L'équipe et le club m'ont aidé et beaucoup apporté pour que je puisse m'adapter rapidement. Ma première saison fût difficile de part les différents événements et du nouvel environnement. Mais au final j'ai passé une magnifique saison non pas au niveau handballistique - qui a été une saison très moyenne par rapport au groupe que l'ont avait - mais en dehors. Le public et ses dirigeants, l'amour qu'ils ont pour cette équipe, le groupe de schmir, m'a donné envie de rester encore une année.

On arrive donc à cette année qui a été magique, avec un parcours incroyable en coupe de France et un groupe encore plus soudé que jamais avec un public généreux. On a beaucoup rigolé et on a, je pense, pris énormément de plaisir à jouer ensemble.

Mais aujourd'hui je dois quitter le groupe sachant qu'à mon retour du Canada il aura bien changé. Les papis de l'équipe vont sûrement arrêter et peut-être que d'autres se verront arrêter pour des raisons personnelles.Alors je voulais vous dire les gars que je vous kiff et que vous allez me manquer. On se verra autour d'une mousse la plus fraîche du monde.

Merci encore au public et aux dirigeants, votre soutien nous a beaucoup apporté et votre soutien nous a permis de faire une très belle saison.

A bientôt

"Se réunir est un début
Rester ensemble est un progrès
Travailler ensemble est la réussite "

LE GROS TOSS
#96"


  • 11/05/2019

Clap de fin pour le titre et la montée. Samedi à Ajaccio, en s'inclinant logiquement 39 à 28, nos Titans ont dit adieu pour cette saison à la montée en Nationale 1. Et franchement, sans regret. Chacun consent à reconnaître qu'Ajaccio, à tous les niveaux et en premier lieu en terme de profondeur et de qualité d'effectif, était au dessus de nous. Nos Titans, en terres Corses, auront tenu vingt minutes avant, avec les honneurs, de plier devant la force et la technicité collective du champion, qui jouera en Nationale 1 l'année prochaine. Les garçons tacheront, lors de leurs deux derniers matchs, de conserver une place de dauphin qui résumerait parfaitement la hiérarchie et qui comblerait l'ensemble de notre club antibois car le mot d'ordre ce soir est celui de n'avoir aucun regret et de commencer à contempler avec fierté ce qu'on accomplit les garçons et Olivier cette année. Un parcours époustouflant en coupe de France jusqu'à tomber en 16es de finale contre le grand Saint-Raphaël - après avoir battu Ajaccio et un pensionnaire de Nationale 1 Bagnoles-sur-Cèze au passage - et donc on l'espère une saison pleine en championnat qui va se conclure par une deuxième place. Un groupe "de copains, d'amis, de frères" comme se délecte à le décrire Jérôme qui a disputé son dernier match sous nos couleurs ce samedi. Bravo encore une fois à Ajaccio qui mérite son titre et bonne chance à nos garçons pour les dernières semaines de travail et les deux derniers matchs pour finir en beauté. Quoi qu'il advienne, cette saison restera dans nos mémoires et nous avons déjà hâte d'être à la prochaine. Quoi que laissons les garçons finir l'actuelle et surtout se reposer après cette longue bataille. Merci.


  • 07/05/2019

Samedi, nos Titans ont battu Villeneuve-Loubet sur le score de 30 à 20 à l'occasion de la 19e journée de Nationale 2. La place de deuxième est presque assurée à quelques jours de jouer une dernière carte à Ajaccio situé à trois points devant nous.

Olivier, quel bilan à tirer du dernier succès conquis à la maison ?
Dans l'ensemble ce fût un match sérieux même si on aurait pu tuer le suspense dès le premier quart d'heure. On s'est parfois trop précipité en loupant beaucoup d'occasions, en faisant de mauvaises passes etc... Malgré tout, le bilan est bon est ce fût un match intéressant qui a permis à certains garçons d'avoir plus de temps de jeu et donc à d'autres de pouvoir souffler. Dans les cages Jérôme a réalisé une belle partie, tout comme Souleymane et Simeon qui ont pu s'exprimer plus que d'habitude, ainsi que Romain en attaque. A contrario, Robin et Greg ont pu se préserver pour les dernières échéances.

Il s'agissait du 25 matchs officiels de la saison, comment vont les hommes à l'approche du final ?
Il va bien mais il est restreint quantitativement. Je n'ai pas énormément de rotations et il suffit d'un ou deux absents pour qu'on voit vite la différence. Pas forcément en terme de résultat sur le week-end concerné, mais surtout sur la fatigue match après match. Et je pense qu'à certains moments, en cette deuxième partie de saison, on a payé cela conjugué à notre parcours en coupe (Six matchs ; ndlr), ce qui nous a empêché de reproduire notre grosse année 2018. Sur un ou deux matchs, notamment à Aix où on aurait pu faire autre chose, une absence s'est faîte ressentir. Malgré tout, on fera le bilan à la fin. Il reste trois matchs, on verra ce qu'il se passera, mais la saison s'est bien passée.

Ce succès assoit un peu plus la présence de l'équipe sur le podium final...
Au pire, on devrait terminer deuxième, il faudrait un sacré concours de circonstances pour terminer plus bas. Le contrat est bien rempli. Maintenant, il nous reste des défis. Mathématiquement la montée n'est pas perdue mais au delà du titre, à court terme c'est le fait de gagner à Ajaccio pour gommer la perte du match sur le terrain de l'aller, puisque nous avions gagné mais sur tapis vert. On veut gagner là bas, comme nous avions pris notre revanche contre Saint-Raphaël et gagné face à Saint-Etienne après le nul de l'aller. Si on vient à l'emporter en Corse, il est certain qu'ils auront une pression pour la fin, mais c'est une solide équipe et je ne les vois pas trembler à Villeneuve-Loubet ou ne pas battre Saint-Etienne en Corse pour la dernière journée.

Comment vas-tu préparer psychologiquement ce déplacement ?
Il n'y a pas de pression supplémentaire. S'ils étaient à un ou deux points devant nous, ça aurait été différent et l'enjeu serait tout autre. Là, nous n'avons rien à perdre car même si on gagne là bas, nous n'aurons pas notre destin en main pour terminer champion.

On sait désormais que le groupe ne va presque pas bouger cette été, preuve que l'osmose est au rendrez-vous ?
Ça s'est vu ! Mais on aimerai étoffer un peu le groupe. Je voudrais recruter trois éléments à trois postes spécifiques que j'ai bien en tête. Pas tant parce que ceux en place ne me donnent pas satisfaction, non, mais parce que certains à leur poste ne pourrons pas réaliser une deuxième saison à jouer une heure chaque week-end sans doublure. J'avais dis en début de saison que jouer sur les deux tableaux ne sera pas simple sur du long terme. Ça s'est confirmé et encore nous avons été vraiment épargnés sur les graves blessures. Nous n'avons eu à subir que des petits bobos ou alors les pépins plus lourds sont arrivés au début des trêves. Encore une fois, il reste trois matchs et on attend le bilan final.


  • 29/04/2019

En s'imposant avec autorité contre Saint-Etienne à Saint-Claude samedi soir, la N2M a décroché son douzième succès en dix-huit journées. Une victoire collective avec deux hommes particulièrement en vue : Momo Maziane, plus fort que jamais, intouchable avec 20 arrêts, mais aussi Julien Denat, 10 buts. L'actuelle sixième meilleure buteur du championnat se livre au jeu des 5 questions !

Julien, contre Saint-Etienne Antibes a eu du mal à rentrer dans son match. D'abord 5-1 pour les visiteurs, puis 7-3. Comment expliquer ces débuts difficiles et comment l'équipe a su ensuite se remettre à niveau ?

C'est vrai que Saint-Etienne est mieux rentré dans le match que nous. Notre défense 0-6 n'a pas fonctionné et on a raté presque tous nos premiers shoots malgré qu'on ait trouvé des solutions en attaque. On est rapidement passé en 1-5 en défense, cela les a beaucoup plus gêné dans leur circulation de balle et on a réussi à inverser la tendance au niveau du shoot. En revenant très vite au score on s'est évité un match pénible.

Un mano à mano jusqu'à la 46e et le TM d'Olivier. Que vous dit-il à ce moment là et comment l'équipe s'est organisé pour bien gérer la fin de match ?

On a bien géré les périodes en infériorité numérique, c'est peut être ce qui a fait la différence dans le match. Olivier nous a passé des consignes défensives et offensives et il a fait en sorte qu'on ne panique pas même dans les moments où ils sont passés devant.

Cette victoire est un grand pas vers, au pire, une deuxième place, puisqu'à quatre journée de la fin de saison Saint-Etienne est à trois points et Antibes possède le goal-average particulier positif suite au nul de l'aller... On sait qu'un sans faute jusqu'à la fin, c'est à dire gagner à Ajaccio, n'assure pas le titre, il faudra compter sur un autre faux pas des Corses...

Malgré cette victoire, la deuxième place est encore loin d'être assurée... L'objectif est bien entendu de la conserver. Après, si Ajaccio venait à commettre un faux pas on ne se privera pas de jouer notre carte au maximum, mais c'est une machine bien rodée et ils n'ont pas perdu un match sur la phase retour. Pour que ce soit une très belle saison, il faut qu'on tienne cette place de dauphin. Mais avant d'aller à Ajaccio, on doit recevoir Villeneuve-Loubet. Malgré leur classement, le match aller avait été compliqué et ils montrent qu'ils peuvent même battre des équipes de haut de tableau. A nous de ne pas répéter les erreurs du match aller et de montrer que nous ne sommes pas deuxièmes par hasard.

C'est drôle de dire ça mais il y a encore du chemin à faire, la saison s'arrête le 1er juin. On a l'impression que pour Antibes elle a été plus longue que les autres équipes avec le parcours en coupe de France. Psychiquement et physiquement, comment vont les troupes ?

Le groupe va bien. Olivier nous fait beaucoup travailler physiquement pour que l'on soit prêt chaque week-end et chaque semaine d'entrainement. On a eu quelques blessures en cette deuxième partie de saison mais dans l'ensemble nous avons été souvent au complet. Psychiquement forcément on est au top ! Nous sommes contents de notre saison pour l'instant et nous gagnons des matchs donc cela apaise et met une bonne ambiance dans le groupe et dans le club.

Même si rien n'est encore définitif sur la division où jouera l'équipe l'année prochaine, nous pouvons commencer à dire que le groupe ne devrait que [très] peu bouger durant l'été. Le signe que la bande de copains, encadré par Olivier qui semble être l'homme de la situation, n'a pas fini de ravir Saint-Claude ?

Cela fait maintenant quelques années que nous jouons ensemble, donc cela s'en ressent sur et en dehors des terrains. L'arrivée d'Olivier a fait du bien au groupe et les résultats se font ressentir. Il faut qu'on puisse garder cette stabilité de jouer le haut de tableau pour le club et pourquoi pas un jour finir premier. Et de ne pas avoir du chamboulement au mercato c'est la première chose pour réussir.


  • 01/03/2019

Après avoir débuté il y a trois semaines la phase retour par un probant succès contre Saint-Raphaël, nos Titans, seuls leaders de Nationale 2, se déplacent ce samedi à Monaco, pour un match qui s'annonce difficile.

Le moment pour Sébastien Garain d'évoquer la position de l'équipe. "Tout va bien. Le groupe vit bien. On a bien bossé pendant la trêve et nous avons hâte de reprendre le championnat mais on sait que ça va être très dur contre Monaco. Ils sont sur une bonne dynamique : un gros combat à prévoir. Dans cette poule très difficile, il est compliqué de faire des pronostiques. Il peut y avoir des surprises à tous les étages. Nous, on prend les matchs les uns après les autres et on verra d'ici quatre matchs environ, soit fin mars, pour commencer à parler de l'avenir. C'est à ce moment là qu'on pourra commencer à vraiment se positionner. Là, on ne se prend pas la tête. Nous sommes là pour se faire plaisir. Bien entendu, on reste vigilant et rigoureux mais on ne met aucune pression."

De la vigilance et de la rigueur il en faudra car l'adversaire s'y prête mais, souvenons nous que la reprise avait été très difficile après la pause hivernale. Il ne faudrait pas que ces trois semaines de pause aient le même effet. Nous comptons que Olivier et les garçons pour faire valoir leur rang !


  • 12/02/2019

Pour débuter sa phase retour, notre N2M a battu Saint-Raphaël 34-28, dans le cadre de la douzième journée. La place de leader est confirmée et si le plus dur est à venir, notre situation actuelle va difficilement nous permettre de nous câcher.Le point avec coach Olivier Inghilleri.

Olivier, samedi, belle victoire de tes garçons contre Saint-Raphaël, la revanche du match aller, comment résumer cette rencontre ?

Comme depuis le début de l'année, nous avons du mal à nous trouver en défense 0-6, tactique qui était notre point fort lors de la phase aller. On arrive pas à être en mouvement, à se toucher et à être percutant. Alors, au moment où on se retrouve mené 8-12 je décide de passer en 1-5 avec Romain devant. Et ça fonctionne, on trouve des solutions sur le secteur central, on a ainsi cassé leur dynamique et on a retrouvé des sensations avec plus de profondeur ce qui a permis de revenir à 15-15 à la pause puis de faire la différence en seconde période.

Des points importants à retenir ?

Avec moins de pertes de balle, ça se passe aussi forcément mieux : on a su corriger le tir. Et puis, la différence s'est faîte aussi, ce qui manquait sur les derniers matchs, sur les performances du banc. Je pense bien entendu à Souley qui a apporté ce qu'on attendait depuis de lui en attaque depuis le début de la saison. Il a pris confiance et a prouvé qu'il pouvait tirer et être dangereux de loin. Romain en pointe devant a aussi su effectuer un gros travail. Il faut mêler tout cela pour gagner une équipe de Saint-Raphaël c'est vrai, il faut le dire, un peu diminuée.

On a donc vu un groupe solide prêt pour la suite ?

Ce qui est intéressant, c'est que le danger est venu de partout, de l'aile droite, à gauche, sur la base arrière, les pivots aussi et donc notre banc ! Ce qui manquait en début d'année. On a perdu à La Crau, même si on gagne on ne réalise pas un grand match à Chateauneuf et même si on a récupéré les points sur tapis vert contre Ajaccio, sportivement on a perdu ! C'est vrai qu'on se demandait ce qui se passait mais là on s'est rassuré avec notre deuxième mi-temps. On se ressaisi est cette dynamique est encourageante car notre calendrier des matchs retours n'est pas facile.

On peut commencer à rêver malgré tout ?

Ça reste très serré et tendu ! Une équipe peut vite avoir deux ou trois blessés, un joueur absent pour X ou Y raison et ça peut vite changer sur une série bonne ou mauvaise de deux ou trois matchs. Même si ça commence à en parler et à réfléchir, on est encore très loin d'une montée en Nationale 1. On va prendre les matchs un par un mais, même si en début de saison ce n'était pas vraiment l'objectif, maintenant qu'on en est là, on va mettre tout en oeuvre pour y arriver. C'est normal que ça commence être évoqué dans le vestiaire. Mais, je le répète, on va devoir aller à Aix, à Monaco ou encore à Ajaccio bien entendu. C'est une poule qui est plus que compliqué.

La clés c'est le banc ?

Obligatoirement, oui ça passera par là. Il ne faut pas compter sur une montée à six, c'est impossible. Quand un cadre passe à côté, le banc doit pouvoir prendre la relève ! Je compte sur l'ensemble du groupe. Il a du caractère et est compétiteur.

Cette nouvelle Nuit du Handball ?

C'est bien que les filles enchaînent. Les voilà à trois victoires de suite et elles se relancent par rapport à la première partie du championnat. Elles démontrent elles aussi qu'elles peuvent faire des résultats. Et puis dans le contexte de la Nuit du Hand c'est une bonne image pour le club de voir les deux équipes gagner. C'était bien pour le public, notamment notre match, car lors de la précédente édition on avait vite tué le suspens contre Marseille. Là les deux matchs étaient serrés et pour les supporters c'est forcément pour sympa. Un bon week-end pour le club !


  • 22/01/2018

Coup d'arrêt pour la Nationale 2 et une défaite à la maison - la première de la saison si on excepte l'élimination en coupe de France face à St-Raphaël - contre Ajaccio, désormais seul leader de la Poule 6 puisque le SRVHB a perdu à Marseille. Et pourtant, tout avait bien commencé pour nos Antibois, reposé et au complet, suite au retour de Jérôme Lopes. Les garçons ont tourné à la pause à 15-11 après avoir même mené de six longueurs.

On se dirigeait vers un remake de notre victoire en coupe de France face à ces mêmes Corses. "On réalise une excellence première mi-temps", ne cache pas notre Pivot Romain Ghibaudo. Malheureusement, rien ne va fonctionner comme prévu en seconde période. Une défaite finale 21-27 avec donc un calcul simple : six buts marqués seulement en deuxième mi-temps. "Épouvantable", la qualifie Romain. "Ajaccio s'est accroché, est revenu et a commencé à nous faire douter. En faîte nous n'avons pas su répondre à leur projet de jeu et notamment leurs changements en défense. On a pas su s’adapter et trouver des solutions à ce problème. Ajaccio a su jouer en contre car on a perdu beaucoup de ballon offensif."

Quatrième du championnat après neuf journées, nos Titans restent malgré tout bien en course pour un gros coup en fin de saison. "L'état d'esprit au sein du groupe reste bon. Ce n'est pas parce qu'on perd un match qu'il faut tout remettre en cause. Notre début de saison en championnat est bon avec cinq victoires, deux nuls et deux défaites."

Et Romain n'en oublie pas de rappeler que ce championnat est très long car nous devons affronter encore La Crau et Chateauneuf pour terminer la phase aller ! "Il faudra être vigilant. La Crau va être une équipe accrocheuse qui joue son maintien et qui a besoin de points. Les Varois vont vendre chèrement leur peau. Quand à Chateauneuf, ils étaient avec nous dans ce championnat il y a deux ans, sont descendus en Nationale 3 et se sont renforcés cet été et font un bon retour dans la division." Cette défaite sert donc de réveil pour rester H24 sur l'objectif de victoire tout en rappelant que Ajaccio ne vole pas, loin de là, son trône de leader.

Et avant donc de pouvoir avoir une visibilité globale sur les forces en présence, il faudra notamment attendre le 2 février et la réception d'Ajaccio par Saint-Etienne ou encore le match des centres de formation entre Aix et Saint-Raphaël qui ne se sont pas encore joués. Mais avant de surveiller les résultats des autres, prenons six points à l'aide d'un effectif en bonne condition autour d'Olivier Inghilleri.


  • 12/12/2018

A moins de trois jours du 16es de finale historique de coupe de France à Saint-Claude pour nos Titans contre la grande équipe de Saint-Raphaël, notre coach Olivier Inghilleri balaie l'actualité et nous livre son sentiment...

Olivier, revenons rapidement sur la perf d'il y a dix jours et la victoire en 32e contre la Nationale 1 de Bagnols-sur-Cèze. Tout s'est très bien passé ce soir là...

J'avais vu un match de Bagnols, c'était contre Valence. Nous l'avons étudié et ce que l'on a vu, c'est ce qu'ils ont développé contre nous. Et généralement, quand tu es une équipe d'un niveau supérieur, tu peux, inconsciemment, être un peu moins concentré, un peu moins investi sur le début de la rencontre. Quand tu commences timidement, c'est difficile de revenir. Oui nous avons pris beaucoup de buts, mais en attaque on a su poser le jeu. Nous avons fait moins d'erreurs et commis moins de pertes de balles que d'habitude.

On a vu un groupe très homogène et vraiment soudé...

A chaque fois que je faisais un changement de joueur, le groupe n'était pas affaibli. Je pense à Nico (Carrara ; ndlr) qui, après un début de saison un peu en demi-teinte, tout du moins par rapport à ce que j'estime qu'il est capable de faire, a réalisé un match complet ! Il s'est montré très lucide, comme toute l'équipe, collectivement, je n'ai rien à dire. J'ai vu un gros état d'esprit et quand tu es joueur, que tu joues un match comme ça, devant une grosse ambiance, le résultat suit, c'est plus facile. Ça pousse, tu es transcendé. On est comme nos adversaires on a deux bras, deux jambes et une tête. Même si Souley (Sidibé ; ndlr) n'a pas été en réussite en attaque, il a beaucoup apporté en défense. Babas, Alex etc... Tout le monde a très bien joué et les arrêts dans les cages nous ont bien aidé !

Et, contrairement au précédent tirage où il y a eu - sur le moment - une pointe de déception, on n'a pas été déçu cette fois...

Sur le précédent tirage où on tombe sur Bagnols, disons qu'au départ j'étais un peu déçu pour le club, pour le public. Jouer le Cavigal Nice, à Saint-Claude, cela aurait été top pour les bénévoles, ça aurait été une belle soirée et puis avec la présentation des équipes jeunes ça offrait une belle exposition au club. Mais, au final, c'était plutôt un mal pour un bien. Passé ce match, nous avions donc plusieurs équipes de première division dans le tirage comme Nîmes, Aix, Montpellier, Toulouse, Istres ou encore Saint-Raph donc. N'importe laquelle aurait été super ! Mais c'est vrai que Saint-Raph il y a un petit attachement sentimental. Babas, Momo, Julien, Robin et Greg ont joué là bas. Moi même j'ai joué et entraîné dans ce club.

Alors ce match... A quoi faut-il s'attendre ?

Ce que moi je ferai, si j'étais l'entraîneur de Saint-Raph, je mets mon équipe type d'entrée, je fais l'écart et ensuite je fais tourner et je gère. On verra bien. En tout cas, moi, je ferai ça (rires). De mon côté, je ne vais pas changer mon discours ni ma manière d'approcher ce match. On se prépare de la même façon. Tout est pareil ! Il faut profiter de ce moment et s’investir pour commettre le moins d'erreurs possible. Le score sera ce qu'il sera. Mais il faut profiter pour tout le monde et offrir un beau spectacle. Le déroulé du match, on ne peut pas le prévoir à l'avance. Je ne vais pas leur dire, regardez les jouer et applaudissez à chaque but. On est handballeur aussi ! Bon, je ne cache pas que lorsqu'il vont se mettre en 0-6 avec des mecs de 2 mètres... Ça va être compliqué. Saint-Raph possède une défense rugueuse et si on n'est pas attentif ça va vite dérouler.

Un temps il y a eu une idée de jouer dans la salle de 5000 places des Sharks d'Antibes, mais on sera bien à Saint-Claude. Ton sentiment ?

Certes on pourra mettre moins de monde que si c'était à l'Azur Arena. On ne pourra pas satisfaire tout le monde. Mais je pense que le club va s'y retrouver et les joueurs aussi. On va avoir une grosse ambiance et pour les gars, jouer ce match, dans leur salle, c'est aussi une très bonne chose. Tout le monde a ses marques à Saint-Claude et pas que nous, les bénévoles aussi. Ce sera une grande soirée ! Après, comme je l'ai déjà dis, le scénario et le score, on verra...

Le groupe ?

Un seul changement, le retour de Greg Sanssouci qui est à 100% qui prend la place sur le feuille de Jérôme blessé. J'ai donc tout le monde. Certes c'est vraiment dommage pour Jérôme, mais comme il l'a dit lui même, le principal pour lui est de nous retrouver dès début 2019. Son genou n'étant pas gravement atteint.


  • 06/12/2018

Vous l'avez vu avec son maillot orange fluo samedi soir sur le banc de la Nationale 2 lors de l'exploit contre Bagnols-sur-Cèze en coupe de France.

Vous ne le connaissez peut-être pas et on ne vous en voudra pas. Augustin, gardien, a 17 ans et est au club depuis quatre ans et jouait encore en -17 l'année dernière avec Cyril en Région. Il arrivé à Antibes en -16 - à la limite avec les -14 - sous la direction de Laetitia Racano. Très vite, au bout de quinze jours, il a délaissé son rôle de joueur de champ pour les cages. "J'ai tout de suite aimé. Ça m'a passionné. C'est un poste à hautes responsabilités et j'aime ça. Un match peut se jouer à un ou deux arrêts. Et ça, la pression, j'arrive à la gérer et j'essaye de faire un maximum de performances."

Ainsi, arrivé au terme de sa dernière saison en -17 en mai dernier, il est passé naturellement, comme plusieurs autres équipiers, en senior, avec la Région de Jean-Michel Charloton. Et puis, Olivier lui fait confiance quand il faut un deuxième gardien sur la feuille de match en championnat Nationale 2 comme cela fût le cas lors d'un tournoi de préparation durant l'été, mais aussi en coupe de France contre Hyères lorsque Momo n'était pas là ou encore en championnat à Villeneuve-Loubet - pour suppléer cette fois Jérôme - où le coach lui a même offert la dernière minute de jeu. Pouvant avoir 14 joueurs sur sa feuille de match en coupe, Olivier n'a pas hésité à le prendre aussi alors que Momo et Jérôme étaient là également.

augustinbis "C'est génial ! Olivier n'est pas obligé de le faire. Alors dans ces cas là, si je fais un arrêt... Ou même si je prends un but... C'est génial. Si on m'avait dit ça en août dernier, jamais je n'y aurais cru. Je m'éclate ! Et puis être avec Momo et Jérôme c'est intéressant et impressionnant. Ce sont des machines. Des livres pour moi quand je les regarde. J'essaye de faire comme eux mais c'est difficile (rires). Je travaille dur et beaucoup pour un jour moi aussi être à leur place. Ça donne envie ! Bon c'est certain que j'ai les pétoches quand je peux rentrer comme contre Villeneuve-Loubet, mais c'est super !" Et le trouillomètre à zéro, Augustin risque de l'avoir encore plus fort dans dix jours...

Jérôme étant forfait (voir ci-dessous) contre Saint-Raphaël en coupe de France, le minot devrait, si cela est possible, se retrouver quelques instants face à l'une des meilleures équipes d'Europe, Saint-Raphaël. La magie. "Pour lui, comme pour tous les autres - hormis peut-être un Babas qui jouait encore à Saint-Raph en 2017 - ce sera incroyable. Même si Augustin ne fait peut-être pas encore partie intégrante du groupe Nationale 2, il a toujours répondu présent lorsque j'avais besoin d'un deuxième gardien. Il est dispo - même au dernier moment - et ses parents aussi. Lors du tournoi d'avant-saison, il a réalisé quelques bons arrêts. C'est un garçon motivé, sérieux, investi et à l'écoute", nous explique Olivier Inghilleri, coach de la Nationale 2.

Selon l'évolution du score, vous voyez le minot ovationné par Saint-Claude à la 55e lors de son entrée en jeu ? Dans tous les cas, nos Titans étant la dernière équipe de Nationale 2 engagé en coupe de France, le Petit Poucet pourra compter sur le banc sur son Petit Poucet.


  • 06/12/2018

Sorti sur blessure durant la seconde période en coupe samedi contre Bagnols-sur-Cèze, Jérôme Lopes est fixé sur son sort et celui de son genou. Plus de peur que de mal. Il doit observer un repos complet d'un mois - ce qui tombe pile puisque c'est la trêve - en raison d'un entorse au genou : dégradation du ligament croisé antérieur. Pas de rupture. "Je m'en sors bien. Je suis très heureux de pouvoir continuer la saison avec les garçons, même si je suis triste de rater le match de coupe contre Saint-Raphaël. C'est dommage, mais à choisir entre les deux, je préfère continuer toute la saison avec les copains. Le championnat reste plus important que la coupe car elle reste un bonus même si Saint-Raph aurait été vraiment cool. Mais, encore une fois, continuer avec les potes reste le principal. Et puis je suis très heureux pour Augustin. J'espère qu'il aura la chance de fouler le terrain contre les meilleurs joueurs du championnat de France. C'est incroyable pour lui. De mon côté, je n'ai pas la chance d'être récompensé du parcours en coupe lors de ce match, mais ça aura été encore plus dur d'être sorti du groupe contre mon gré."


  • 30/11/2018

Quelle soirée hier samedi pour le club ! Nos Titans, brillants et impressionnants co-leader de Nationale 2, se sont qualifiés pour les 16es de finale de la coupe de France, écartant Bagnols-sur-Cèze, formation, qui est venue à Saint-Claude avec ses forces, elle-même co-leader de Nationale 1. Une prestation de haut vol des garçons qui se sont même payés le luxe de faire peur à une salle - objectivement et sans chauvinisme - en fusion !

Très franchement, cela ne pouvait en être autrement. Comment l'expliquer ? En début de saison, le club, par l'intermédiaire de notre Présidente Françoise Petrov, a demandé aux garçons et à Olivier de jouer cette compétition à fond, de façon tout de même raisonnable pour ne pas se tuer dans l'optique du championnat. Pas à pas, grâce à une gestion frôlant la perfection, Olivier a monté une machine parfaitement rodée, avec une infirmerie vide de semaine en semaine, hormis un Greg bouillant hier tribune, que l'on attend toutes et tous pour le 16e de finale qui se profile.

Alors, passant tour après tour, on attendait ce 32e de finale avec impatience pour y affronter une équipe professionnelle, le Cavigal Nice... Et non ! C'est une Nationale 1 qui est venue à Saint-Claude et avec tout le respect que l'on doit à Bagnols, tout le monde à Antibes voulait LE gros morceau ! On ne pouvait, ainsi, pas s'arrêter là. Pas ce premier jour du dernier mois de l'année. Au final, dans les couloirs de Saint-Claude, jouer cette Nationale 1, était peut-être un mal pour un bien. On passe ! On sait ce que notre équipe a dans le ventre.

Gagner est une immense performance mais sur un match, bien que les gars soient tous très fatigués - à l'image du discours d'après-match express et non sans humour de Capitaine Laurent - on savait que c'était possible. Mais cette équipe de Bagnols est assurément un gros calibre. Se coltiner chaque week-end des matchs d'intensité Nationale 1 et être en position de monter en Pro D2, cela vous pose la bête ! Mais, pour les garçons, pour s'offrir une formidable récompense, il fallait passer. Encore une fois, on ne se prend pas pour ce que nous ne sommes pas - pour le moment - car sur une saison complète, Bagnols est bien entendu au dessus de nous et nous les félicitions pour leur sportivité et leur présence appréciée au buffet d'après-match.

Bref, comme toute équipe amateur, d'au moins la quatrième division, qui se lance ce défi en coupe de France, le but ultime est de recevoir une équipe professionnelle et, pour le définir trivialement, kiffer et ne plus avoir un poil de sec ! Alors voilà, nous sommes dimanche soir, nous attendons... la Pro D2 du Cavigal Nice ? Ou alors les D1 de Nîmes, Istres, Saint-Raphaël ou encore Aix-en-Provence. Nous verrons.

On ne redescend pas encore de notre nuage et on remercie ce groupe de Nationale 2 professionnel à n'en plus finir, qui réalise une année civile 2018 exceptionnelle, un coach délicieux et qui est déjà, en à peine quatre mois, devenu incontournable et aimé de tous, des dirigeants dévoués, des bénévoles indispensables et une touche particulière pour notre médecin Jean-Pierre Bignon et à notre Daniel Delaporte national, sans qui, aussi, rien ne serait possible.

Vous êtes tous des Antibois ! Vous êtes tous grands. Ah oui, on l'oubliait, en 16es de finale, l'OAJLPHB sera le Petit Poucet. Dernier représentant de la N2M.

Fierté !


  • 15/11/2018

On ne va pas se mentir et vous le savez. Tout le monde au club s'est vu préparer la venue du Cavigal Nice, notre voisin professionnel de Pro D2, pour disputer un formidable match de gala le premier week-end de décembre à Saint-Claude. Mais non ! On jouera notre 32e de finale de coupe de France contre Bagnols-sur-Cèze, co-leader avec Frontignan de la Poule 4 de Nationale 1. Bref, du très lourd malgré tout !

C'est un Olivier Inghilleri fataliste - davantage déçu pour les supporters que pour lui - qui a réagi à ce tirage. "C'est n'est pas la fin du monde, même si, il est vrai, qu'un match contre une Pro Ligue aurait été sympa. Mais on va jouer une équipe qui sera justement peut-être en deuxième division l'année prochaine, donc ça reste une très belle affiche. On sait qu'en 32es il y a toujours un risque, entre guillemets, de jouer une Nationale 1, c'est surtout en 16es que tu es quasiment assuré de jouer une équipe pro, à nous de gagner !"

Car en effet, si chacun avait conscience qu'il n'aurait pas fallu se faire d'illusions contre les Niçois, là une ouverture subsiste. De plus, l'équipe qui gagnera, rejouera quinze jours plus tard. L'équipe de Bagnols, si les dirigeants sont dans une optique de monter en Pro D2, va t-elle se mettre minable pour aller loin en coupe de France ? Peut-être. On ne sait pas. Idem pour nous dans le sens où face à ce gros calibre, si quelques uns de nos cadres sont sur la touche pour ne prendre aucun risque pour la suite de la saison, l'écart de niveau sera imposant.

Bref, beaucoup d'incertitudes. Le charme de la coupe ? "On verra... Avant ça nous avons deux matchs de championnat très importants. Mais c'est vrai que jouer une Nationale 1 laisse un trouble dans le sens où j'aurai bien voulu donner aux gars leur planning de l'hiver. Sauf que si on passe et bien forcément ça sera différent puisqu'on rejouera en décembre. Ce qui est certain, c'est que si le match avance avec un écart toujours serré, on sera très motivé devant notre public pour réaliser l'exploit. A la maison, on peut faire un truc. Après, s'il y a un trop grand écart de niveau..."

Mais avant de se replonger vers cette campagne de coupe de France, dont on se souviendra longtemps au club, il faut retrouver le championnat et un déplacement important pour la suite de la saison à Saint-Etienne. Si Olivier ne pense pas que c'est un tournant, compte tenu qu'on est encore tôt dans la saison, il ne cache pas que si on veut rester bien caler en haut de tableau sur le podium, c'est un rendez-vous à ne pas manquer ! Puis, ce sera le derby contre Villeneuve-Loubet et donc Bagnols... Quelle fin d'année !


  • 12/11/2018

Le club des 5 ! Fierté, nous en faisons partie. Il ne reste que cinq équipes de Nationale 2 engagées en coupe de France : qualifiés pour le 5e tour. Nos Antibes ont battu, dans le Var, la belle équipe de Draguignan, leader de Nationale 3. Un score de 27 à 30 pour un match sérieux des garçons dans un début de saison - au même titre que pour Draguignan - qui commence à peser dans les jambes.

Après un début de match accroché, les garçons ont su, notamment au début de la seconde période, creusé un trou déjà anticipé avant la pause. Ainsi, Olivier Inghilleri a pu faire tourner et ce match a marqué aussi le retour de Romain Ghibaudo. Sur la touche depuis quelques semaines, suite à un coup reçu a Istres qui avait fragilisé son nez - sans fracture déplacée - notre pivot a ainsi pour retrouver les terrains et par conséquent permettre à Sébastien Garain de se préserver un peu. Les sensations Romain furent bonnes car il faut souligner que, même s'il n'a repris le contact que dans les 48 heures qui ont précédé la rencontre, il n'a jamais cessé de s'entraîner.

En résumé, une belle soirée, un beau match de gala pour Draguignan et un match à gagner pour nous dans l'optique de recevoir - sans doute - la Pro D2 du Cavigal Nice lors du prochain tour dans un match qui permettra à Saint-Claude de prendre beaucoup de plaisir. Contrat rempli pour les garçons.

Le club, par l’intermédiaire de notre Présidente Françoise Petrov, avait demandé à Olivier de jouer cette compétition à fond, tout en ayant conscience de la difficulté physique au milieu d'un championnat relevé. C'est fait et bien fait : honneur au maillot ! Place à ce qui sera assurément l'un des tournant du championnat, le déplacement à Saint-Etienne, dans le cadre de la septième journée.


  • 06/11/2018

Samedi, à l'occasion de la 6e journée de Nationale 2, nos garçons ont concédé le match nul 36-36 à la maison contre Aix, grâce, notamment à un penalty arrêté au buzzer par Jérôme Lopes. A quelques jours du déplacement à Draguignan, équipe de Nationale 3, dans le cadre du 4e tour de la coupe de France, notre entraîneur Olivier Inghilleri dresse le portrait de l'actualité. 

"C'est un sentiment mitigé. D'un côté, c'est dommage de ne faire que match nul et d'un autre, vu la fin de match où on est mené et où Jérôme nous sort un incroyable arrêt sur un jet de sept mètres à la dernière seconde, on s'en sort bien et on termine sur une note positive.

Dommage, entre guillemets, car on tourne à la pause à 16-16 alors qu'on aurait pu mener. Les garçons étaient un peu trop tranquilles en début de match et nous n'avons pas su faire la différence. En première mi-temps, eux, n'ont pas beaucoup de solutions en attaque. On leur en offre beaucoup. Nous on perd trop de ballons et il n'y a pas eu les quelques arrêts de gardiens au bon moment pour nous aider à creuser l'écart.

Alors, en seconde période, Aix va commencer à prendre confiance, se libérer et jouer plus vite. On se retrouve à -4 à la 43e et encore -2 à la 58e. Donc au final on s'en sort bien. Perdre aurait été plus difficile à encaisser. Je retiens que les garçons n'ont rien lâché et ont conservé l'état d'esprit qu'il fallait. Malgré tout, on voit que contre une jeune et belle équipe d'Aix, qui va maintenant se mettre en place et je pense enchaîner les bons résultats, ne pas être 100% peut se payer cash ! Et puis depuis le match d'Istres, où il a pris un coup provoquant des traits de fracture au nez, Romain (Ghibaudo ; ndlr) ne joue pas. Du coup Babas (Sébastien Garain ; ndlr) est très sollicité et manque de temps de récupération.

A l'avenir, il faudra mieux rentrer dans le match, notamment en attaque. C'est d'ailleurs ce que je vais attendre d'eux ce week-end en coupe de France contre Draguignan. Là où ça n'a pas été le cas à Villeneuve-Loubet, j'aimerai si possible qu'on se montre supérieur à nos adversaires très tôt dans le match pour ensuite, comme contre Marseille, pouvoir donner du temps de jeu à ceux qui en ont moins et faire souffler ceux qui tirent sur la corde car Draguignan sera, déjà, notre dixième match officiel de la saison ! Mais nous sommes méfiants. Ils ont déjà battu trois équipes de Nationale 2 et cela ne m'étonne pas. Ils n'ont pas de concurrence en Nationale 3. C'est un effectif de niveau supérieur et ce n'est pas pour rien que j'avais souhaité les jouer deux fois en amical pour monter en puissance !

Nous allons bien nous préparer car le club nous a demandé en début de saison de jouer la coupe à fond : ce que l'on fait. De plus, si on passe ce tour, on pourrait potentiellement recevoir, pas exemple, la Pro D2 du Cavigal Nice à Saint-Claude, ce qui serait un bel événement. Cette coupe, je précise que ce n'est pas un entraînement pour le championnat ! On la joue ! Le premier tour à Hyères est, oui, rentré dans le cadre de la finalisation de la préparation. Mais depuis, durant la semaine qui précède le match, on ne fait aucune différence entre le championnat et la coupe."


  • 25/10/2018

Alors que la réception d'Ajaccio à l'occasion du 3e tour de le coupe de France se profile - ce dimanche à 15h00 - Robin Foubert dresse un portrait presque idyllique du début de saison avec tout le sérieux et le recul qu'on lui connaît.

"Le début de saison et plutôt positif. L'équipe vit bien en dehors et sur le terrain. C'est la continuité de la fin de saison de l'année dernière : on essaie de préserver ce rythme. Chacun connaît son rôle et apporte sa pierre à l'édifice. Le groupe est plus homogène que l'an dernier et la manière de travailler aussi. Il y a un bon mariage entre les jeunes qui montent et les anciens. De plus nous sommes pour le moment relativement épargné par les blessures. Le match de dimanche va être très intéressant et celui qui s'imposera débloquera un impact psychologique pour le championnat. La volonté du club est de gagner le maximum de match mais on est bien conscient qu'on ne sera pas européens cette année (rires). Malgré tout nous allons essayer de gagner pour offrir au club un tour supplémentaire et potentiellement accueillir une équipe de niveau supérieur. On connaît les forces d'Ajaccio. Il ne faut surtout pas prendre ce match à la légère. C'est une manière de travailler pour le reste du championnat."


  • 18/10/2018

Savoir savourer

Samedi dernier, à l'occasion de la première Nuit du Handball de la saison, notre Nationale 2 Masculine a réalisé une très belle performance en s'imposant 38 à 19 face à Marseille Provence. Au terme de cette quatrième journée, Antibes est un très bon quatrième du championnat. Le moment pour Olivier Inghilleri de se confier.

"Je tiens à souligner pour commencer que Marseille était amputé de trois ou quatre joueurs. Samedi, ce n'était pas son vrai visage. Du coup on s'est retrouvé avec un gros écart entre les deux collectifs. Ainsi, j'ai demandé aux joueurs d'essayer de rester sérieux et de ne pas tomber dans nos travers, comme nous avions pu le faire en coupe de France contre Villeneuve-Loubet.

Je rappelle que ce jour là, nos adversaires avaient laissé bon nombre de leurs titulaires en tribunes pour se concentrer sur le championnat et, notamment défensivement, on a pas su jouer à notre niveau. Gagner +8 ou +10 tout le monde peut le faire. Mais +19 c'est une autre histoire. Je suis donc content de notre prestation, même si, à l'occasion de la Nuit du Handball, les supporters auraient peut-être espéré un peu plus d'intensité et de frissons.

Il faut aussi, pour nous, savoir savourer ce type de rencontre. J'ai pu faire tourner, donner du temps de jeu à tout le monde et ce n'est pas à négliger avec notre calendrier intense entre le championnat et la coupe de France : nous n'avons pas de coupure. Alexandre a pu ainsi faire le plein de confiance. Il a réalisé, la saison passée, des mois excellents. Il était bien aussi en début de saison mais était en demi-teinte sur ses shoots par exemple. Là il a réalisé un match complet. Pour Souleymane - entorse - et Grég - contracture - c'est de l'histoire ancienne. Des cadres ont pu avoir aussi du temps de repos. Et je le répète encore une fois, il faut savoir savourer et profiter de ces matchs que tu gagnes facilement en étant sérieux, où tu en ressors sans blessure et avec même des garçons que tu as pu économiser.

Jérôme a également pu jouer la deuxième mi-temps complète. Mais je précise que dans mon esprit, j'ai deux gardiens que je gère de façon égale. Il n'y a pas Momo en n°1 et Jérôme en n°2 qui attend de voir comment se déroule le match. Ce sont deux gardiens à part entière. Après, notamment lorsque contre Nice, Momo est impeccable de A à Z, c'est compliqué de le sortir. Mais le reste du temps, c'est part égale, Jérôme a effectué une bonne préparation cet été et tout se passe très bien.

Maintenant, place à un déplacement à Istres dans ce championnat un peu bizarre où beaucoup de résultats sont inattendus. D'ici décembre on y verra plus clair. On jouera un dimanche et une réserve est toujours difficile à appréhender compte tenu d'un effectif qui peut bouger : blessure ou autre chez les pros. Nous, pour l'instant tout va bien. Les bobos sont résorbés. Quand je vois qu'à Marseille il y avait de lourdes blessures contre une entorse au genou, j'espère que tout restera au vert chez nous.

Derrière, pas de repos, nous aurons la coupe de France. Là aussi, on verra avec quelle équipe Ajaccio, qui est leader de notre championnat, se déplacera à Saint-Claude. Vont-ils venir avec leur équipe type ? Je sais que l'année dernière ils étaient allés loin et avaient joué contre le PSG ! Une belle affiche et peut-être espèrent-ils cette année réitérer cette aventure. Nous verrons bien."


  • 09/10/2018

Les garçons enchaînent. Quatrième victoire en cinq matchs disputés toutes compétitions confondues bien que, par moment, la manière ne soit pas à 100% au rendez-vous.

On pense notamment à la qualification contre Villeneuve-Loubet en coupe de France qui aurait pu être plus belle ou encore le dernier succès face au BTP en championnat. Mais est-ce justement rassurant de gagner sans être constant pendant une heure ? Partons dans le positif.

Un succès sur le papier de 19 à 24 aux Ek mais à la 47e, ce sont bien les Niçois qui sont devant, 18 à 17. Jérôme Lopes, l'un de nos gardiens, revient sur ce scénario. "On commence très fort : un gros rythme. Momo ferme la cage et on mène 9 à 3 ! Problème, on s'arrêt de jouer et on se prend un 5-0 pour se retrouver mené à la pause d'un but." Au retour des vestiaires, nos Titans ne trouvent pas de solution. Il faut s'en remettre à Maziane qui réalise un match exceptionnel : 19 arrêts. "Un match juste incroyable. Époustouflant."

Arrive le tournant du match où, alors que Nice commence à faire le trou, 13-10, leur leader Boubacar Sidibé se fait expulser. Les situations alors s'inversent, autour de Nice de ne plus savoir comment s'y prendre et lorsqu'ils y parviennent, Momo est toujours là ! "On commence à trouver des solutions en attaque et ça donne une avance finale de cinq buts qui n'est pas représentative du match. La victoire c'est Momo qui nous l'offre." Un succès qui permet aux garçons de remonter à la quatrième place du classement avant de recevoir à l'occasion de la Nuit du Handball l'équipe de Marseille.

Un match et une soirée où Jérôme, qui est arrivé chez nous l'été dernier en provenance de Brest, espère pouvoir s'illustrer. "Je ne réalise pas un début de saison idéal. Je suis un peu déçu donc oui j'ai envie d'être performant et de jouer tous les match. Mais quand tu as un Momo des grands soirs tu as juste à t’asseoir et d'admirer la performance de ton coéquipier. De mon côté j'espère retrouver de la confiance surtout d'être performant."

Côté collectif, il faut désormais trouver de la régularité sur une heure tout en continuant à monter en puissance. Pour le moment, les petits bobos de début de saison sont là, mais restent mineurs. On ne va pas se le cacher mais nos quatre déplacements de début de saisons ont été très courts et on ne s'en prive pas : Hyères, Saint-Raphaël, Nice et Villeneuve-Loubet. Place donc à un nouveau match à domicile : capitaliser sur cette récupération facilité aussi par les victoires.

Le feeling entre le coach Olivier Inghilerri et le groupe est très bien et tout se passe pour le mieux. L'ambiance aux entraînements - même si le coach doit parfois faire usage d'un rappel à l'ordre - et les résultats le prouvent. Que cela continue ainsi !


  • 03/10/2018

Dommage ? Oui et non car la qualification pour le troisième tour de la coupe de France est là et bien là. Un succès à Villeneuve-Loubet, autre équipe de notre championnat. Enfin, pas vraiment. Car nos Titans n'ont sans doute pas rencontré l'équipe qui parcours le championnat au fil de l'année, faisant clairement un choix en laissant plusieurs de ses titulaires au repos. Du coup, notre coach Olivier Inghilerri ne cache pas qu'il aurait préféré que l'évolution du score et du match - notamment la prestation moyenne de nos garçons en défense - se passent autrement.

"Il y a des garçons qui étaient là grâce notamment au fait qu'on puisse prendre 14 hommes en coupe et pas 12. Et j'aurai aimé leur offrir un peu plus de temps de jeu. Mais tout ne s'est pas passé comme prévu. C'est dommage car depuis le début de saison c'est bien. Même de la défaite de Saint-Raphaël on a ramené du positif et contre Monaco, l'équipe a fait preuve de beaucoup de caractère." Point positif, l'infirmerie se vide. Romain reprend le rythme petit à petit après deux ans d'arrêt. Souleymane est de retour lui aussi après une entorse. Greg a été ménagé et va bien.

"On aurait dû faire mieux au vu de l'équipe adverse alignée. Ils n'ont pas voulu jouer le jeu et ils ont laissé en tribune leurs titulaires. Dommage. On aurait aimé les jouer au complet. De notre côté tout le monde a pu jouer, mais on a perdu beaucoup trop de ballons. On a pas été assez sérieux en défense en seconde période. On doit gagner ce match d'au moins dix buts (Score final 32 à 36 ; ndlr) en étant sérieux. Pour ce qui est de Villeneuve-Loubet, on a hâte de les retrouver en championnat, mais le plus important c'est Nice ce week-end", affirme notre Capitaine Laurent Touboul.

Et pour samedi, Olivier et Laurent arborent le même son de cloche. Nice, c'est une très belle équipe, une formation qui, chaque été, ressemble de plus en plus à un "Cavi Bis" avec Charlier, Hamila, David, Sidibé, Meyffret, sans oublier le duo de coachs Gervais - Perrin sur le banc. Un groupe qui a su se maintenir de belle manière l'année dernière et qui a peu bougé. Il a gagné en expérience et en repère. Son début de saison en championnat prouve sa qualité, un beau succès aux Ek contre Istres et une défaite d'un tout petit but à Aix. "Ça va se jouer à peu de choses. Il va falloir être sérieux, solidaires et rigoureux pour gagner", prévient Laurent.

Les matchs s'enchaînent, Nice c'est déjà le cinquième de la saison et le rythme ne va pas ralentir avec ensuite Marseille, Istres puis le dernier week-end d'octobre la réception d'Ajaccio pour le troisième tour de la coupe de France.


  • 17/09/2018

Samedi soir, notre N2M a débuté son championnat, à Saint-Raphaël, face au centre de formation de l'équipe pro, par une courte défaite 25 à 24. Malgré ce premier résultat négatif, purement dans le terme de la défaite, la Présidente Françoise Petrov a tenu à soutenir et féliciter son équipe.

"Une contre-performance sur le papier, avec une première défaite, mais une réussite pour tous les à côtés. Pour simple exemple, la belle solidarité entre les garçons à la fin de la rencontre : ils ont tout donné.

Ils nous ont offert un très beau visage et beaucoup de courage à l'image de Julien (Denat), sonné toute la rencontre après une défense (trop) rugueuse d'un Raphaëlois au quart d'heure de jeu. Des saignements de nez lui ne lui ont pas permis de jouer le reste de la première mi-temps et l'ont empêché d'être à 100% le reste de la rencontre. Le joueur adverse n'a pris que deux minutes de suspension... Greg (Sanssouci) a beaucoup ramassé aussi...

Après, personne ne peut nier que nous sommes tombés face à une très belle équipe de Saint-Raphaël qui, au complet comme cela en début de saison et en plus à la maison, est très costaud. Et puis on rate quelques penalties qui coûtent chers face à un très bon gardien adverse... Les garçons d'Olivier ont été très courageux pendant ce très beau match. Malheureusement, plusieurs éléments ne nous ont pas permis de nous imposer mais je tiens publiquement à féliciter les garçons.

S'ils jouent toute la saison ainsi, l'objectif de podium, malgré une première défaite, est plus que jamais d'actualité ! Mon équipe a fait preuve de beaucoup de fair-play tout comme nos supporters ! Je suis rassurée de ce que j'ai vu hier. " 

Deuxième journée dès samedi prochain à Saint-Claude pour le premier derby maralpin de la saison face à une formation de Monaco qui a débuté par un beau succès contre Aix. Coup d'envoi à 20h15.


  • 08/09/2018

Nous y sommes. C'est le grand jour pour Olivier Inghilleri et son équipe : le début de la compétition officielle. Bien que la Coupe de France servira bien entendu de préparation pour le championnat, il est toujours important de débuter du bon pied.

"Après un peu plus d'un mois de fonctionnement je suis assez satisfaisant de l'investissement des joueurs pendant les séances de piste ou de salle même si j'aurais juste préféré que certains ne prennent pas leurs vacances pendant la prépa. Les nouveaux joueurs se sont bien adaptés à l'équipe. Les matchs amicaux ont montré des choses intéressantes. Ainsi, pour le moment, c'est assez positif. On est encore en préparation et j'espère qu'on sera rapidement au rendez-vous car le début de championnat n'est pas des plus simples."

En effet, la première journée se déroulera à Saint-Raphaël : toujours compliqué de rencontrer un centre de formation de cette envergure dès le début. Puis, il faudra enchaîner avec deux derbies : Monaco et Nice. Alors, ce match de coupe de France à Hyères, ne sera pas de trop pour monter en puissance.

Pour le moment, Olivier est épargné par les blessures. Momo Maziane reprend tranquillement et devrait être sur la feuille ce soir. "Babas" Garain est lui absent mais il ne s'agit pas ici d'une blessure, quant à Romain Charlier il continue de s'entraîner pour retrouver son niveau. Pourvu que tout continue de se passer ainsi. Coup d'envoi dans le Var contre Hyères donc, équipe de Nationale 3, à 19h00 ce samedi.

Bonne saison messieurs !


  • 28/07/2018

Tic tac tic tac... La reprise approche pour les garçons, ce sera le 2 août au soir sur la piste de Mandelieu. Dans cette optique et pour patienter, Julien Denat qui s'installe encore un peu plus au club et Laurent Touboul, l'un de nos cadres historiques, dévoilent quelques lignes des ambitions futures, notamment sur la façon d'aborder et le rôle qu'auront les derbies puisque Monaco, Bâtiment Nice et Villeneuve-Loubet sont avec nous. « Le handball des Alpes-Maritimes est aujourd’hui à un niveau intermédiaire et cette concentration d'équipes veut dire que de passer le cap de la Nationale 1 est difficile sportivement comme financièrement », nous explique Julien.

« Ce sera pour ma part ma sixième année au club, l’équipe continue d'évoluer de saison en saison. On est parti de loin (Laurent est arrivé au club au début de l'aventure Nationale 3 ; ndlr) et on se fait une place au fur et a mesure. Etape par étape. Antibes est le club qui peut prendre à une place intéressante dans le handball masculin azuréen derrière le Cavigal Nice. Pour moi c'est Antibes qui a le meilleur profil dans cette optique », continue Laurent.

Et justement cette saison est importante dans l'histoire de cette équipe. Un groupe stable qui vient de terminer cinquième du championnat grâce à une fin en boulet de canon et malgré un hiver très difficile. Et comme évoqué un peu plus haut, les derbies seront très important pour le classement final même si nos deux garçons ne pensent pas qu'ils seront décisifs. « Nous ne sommes pas quatre, mais douze ! Si une équipe rate tous ses derbies, mais gagne tout le reste, elle sera en haut du classement ! C'est un championnat homogène, on l'a vu cette année », narre Julien qui poursuit. « Malgré tout je trouve que c’est une excellente chose. Ce sont toujours des matchs qu’on apprécie car ce sont des derbies et donc des matchs à enjeux. Puis beaucoup de joueurs de ces équipes se connaissent ce qui donne une saveur particulière à ces rencontres. Et n'oublions pas que ce sont des déplacements voisins donc on ne va pas s'en plaindre. Ces matchs, même s'ils ne seront pas décisifs, il faudra les gagner si on veut avoir quelque chose à jouer l'an prochain. »

Avec un objectif clair comme l'annonce Laurent. « On va repartir avec un fonctionnement nouveau du fait de l'arrivée d'un nouveau coach. Le groupe s'est stabilisé et reste de très bonne qualité, mais on sait tous que cette poule est très difficile. A nous de montrer sur le terrain que l'on peut prétendre à viser plus haut que la cinquième place obtenue cette année. »


  • 20/07/2018

Nous connaissons désormais les onze adversaires de nos Titans pour une nouvelle année en Nationale 2. L'occasion pour notre entraîneur Olivier Inghilleri de se confier longuement.

« La composition de ce championnat ne compte que peu de surprises. Quelques changements par rapport à la saison écoulée. Avec la montée de Nîmes, il n'y aura plus quatre réserves mais trois. Avec la promotion de Villeneuve-Loubet, nous voilà à quatre équipes du département, sans oublier, toutes proches également, les formations de La Crau et de Saint-Raphaël. De l'autre côté, c'est du classique avec Chateauneuf qui est de retour en quatrième division après une saison en Nationale 3, Aix, Istres ou encore Marseille et puis arrive Saint-Etienne et toujours le déplacement à Ajaccio. 

Cette poule, comme depuis de longues années, sera costaud. Le retour de Villeneuve est une bonne chose même si, forcément, on doit tous batailler pour nos effectifs. Quant aux courts déplacements, ce sont forcément les portes monnaies des clubs qui ont le sourire.

Nous aurons beaucoup de derbies à bien manœuvrer, mais au final ce sera la même chose côté marseillais. Mais du coup, avec ces matchs répétés face aux voisins, je ne sais pas si la particularité d'un derby a toujours la même connotation même si bien entendu c'est important pour la suprématie locale. En revanche, dire que celui qui terminera quatrième, de ce petit championnat en interne à quatre équipes du 06, descendra forcément en Nationale 3, n'est pas une vérité. Cette poule sera encore une fois très serrée. Vous verrez, n'importe qui, en cas de trois ou quatre résultats positifs de suite, où inversement trois matchs sans point, verra son classement chambouler. Ça ira très vite ! D'où l'importance et la difficulté de tous avoir des effectifs très compétitifs. 

Chacun doit aussi savoir profiter de toutes les équipes de LNH et Pro D2 du quart sud-est de la France. Entre Nîmes, Istres, Aix, Saint-Raphaël et maintenant le Cavigal Nice, il y a forcément un vivier de jeunes joueurs à attirer pour de la Nationale 2. C'est aussi très intéressant pour ces centres de formation d’aiguiller au mieux leurs jeunes dans la région pour les récupérer plus tard.

Notre préparation physique débutera le 2 août sur le piste du Fort Carré jusqu'au 16 août. Retour à la salle le vendredi. Un match amical est prévu le mardi 28 à Antibes face à l'ambitieuse équipe de Draguignan pensionnaire de Nationale 3. Le 1er septembre, nous jouerons un tournoi à Hyères face aux locaux et à nouveau Draguignan. Le préparation se poursuivra le deuxième week-end de septembre avec le premier tour de la coupe de France... à Hyères. »


  • 13/07/2018

Une saison trop compliquée en raison de problèmes physiques, Loïc Valat nous quitte pour mieux rebondir à Vanves. Déçu, il garde un bon souvenir de son année au club.

« Je n'ai pas vraiment participé à la vie du groupe même si j'ai rencontré des supers personnes avec qui j'ai partagé pas mal de moments.

Sur le plan sportif, une saison plutôt blanche même si j'ai effectué quelques matchs avec la réserve et une petite apparition contre La Crau en Nationale 2. Mes problèmes d'épaules m'ont beaucoup handicapé, sans quoi j'aurai pu espérer plus de temps de jeu avec la une.

Globalement, mon cas est un peu particulier. Je suis arrivé l'été dernier sans être attendu, j’ai tapé à la porte et on m’a dit de rentrer sans rien me promettre. Mon souci d’épaule m’a beaucoup perturbé dans ma progression. Françoise venait quand même régulièrement aux nouvelles tout comme Charlo et Vess.

Je leur ai aussi rapidement dit que je quitterai le club en fin de saison. Ils se sont donc forcément concentrés sur d’autres profils ce qui est tout a fait normal. Je ressens malgré tout un gros sentiment d’inachevé, la sensation de n’avoir rien prouvé et rien montré de ce que je peux faire sur un terrain.

Normalement la blessure est derrière moi. J’ai fait une bonne rééducation. Je retourne à Vanves en Nationale 3 qui a de gros objectifs cette saison. Souhaitez moi, pourquoi pas, une montée en fin de saison. »


  • 27/06/2018

Nos Titans se sont donc arrêtés à la cinquième place finale de la Poule 6 de Nationale 2 cette année grâce à une formidable fin de saison. Le top 5, était, en début de saison, le minimum qui nous pouvions attendre d'eux, mais à la vue du contexte global, c'est une belle performance. Robin Foubert évoque son sentiment à un peu plus d'un mois de la reprise de la préparation physique.

"Au final, c'est une bonne année. Le début de saison a été à l'image des aspirations des dirigeants envers nous (3 victoires ; ndlr). Puis nous avons connu une période de turbulences qui a handicapé la suite. Mais finalement les objectifs ont été remplis et la confiance qu'on a emmagasiné nous servira pour la saison prochaine. On a trouvé, en cette fin d'année, le rôle que chacun pouvait apporter à l'équipe. On a retrouvé de la sérénité et le plaisir de jouer ensemble. Je souhaite une bonne route à Thomas dans son nouveau challenge professionnel et personnel. Il nous manquera sur et en dehors du terrain comme Mateo, Ovi, Loïc et les autres. Merci aux dirigeants pour leur investissement et leur implication, aux supporters et aux personnes qui gravitent de près ou de loin à la stabilité et à l'engouement du club. Une page se tourne. Bonnes vacances à toutes et à tous. Rendez-vous le 2 août sur la piste pour préparer la saison à venir et faire encore mieux que cette année. Bienvenue à Olivier et aux recrues."


  • 14/06/2018

Le 2 juin dernier notre équipe N2M a terminé sa saison par un très bon match nul 30-30 chez le deuxième du championnat, Ajaccio. Conséquence, nous terminons à la cinquième place finale avec une dernière défaite remontant au 24 mars, de peu, face au leader Nîmois.

Rappelons qu'au soir de ce match, la situation comptable, sans être alarmante, c'était considérablement dégradée, suite à plusieurs contre-performances. Depuis, les garçons ont su réagir. Analyse de Jean-Michel Charloton qui, après avoir pris la succession de Laurent Baudet après la quatrième journée, a officié sur le banc de la Nationale 2 pour la dernière fois à Ajaccio, Olivier Inghilleri lui succède.

« Nous finissons invaincus sur ces sept derniers matchs. La surprise du chef. Mes gars ont pris ce match par le bon bout dès la sortie de l'avion. La rencontre s'est bien déroulée avec application et volonté de faire une belle sortie : cela reste dans la continuité de notre parcours. Il manquait tout de même Thomas, Ovidiu et Thibaut. J'aurai bien-sûr pris deux joueurs venant de l'équipe réserve afin d'être en adéquation avec le projet du club mais... A dix nous avons fait le boulot malgré l'arbitrage qui était déjà en vacances. »

Mais au delà de l'arbitrage qui ne peut expliquer à lui seul l'absence de victoire, Jean-Michel souligne, alors que nous menions de trois buts, trop de ballons rendus à l'adversaires à ce moment là.

« Cela a redonné espoir à l'équipe Corse. Mais nous sommes sur une dynamique positive et surtout mon groupe est enfin devenu un groupe de guerriers et qui avance. Dommage que ce soit déjà la fin... Le retour s'est quant à lui bien déroulé et les garçons ont pu fêter cela dignement. »

« Je suis fier du travail accompli avec eux, avec notre préparateur physique Jordan Kouassi sans qui, je pense, nous aurions été à la rue. Je souhaite que chacun garde cet esprit de groupe et de guerrier : c'est le moteur. Même si tu es hyper bien préparé physiquement, si la tête et le groupe ne suivent pas, tu n'avanceras point. Félicitations à chaque joueur et merci. »


  • 13/06/2018

Un an après son arrivée en provenance de Grasse, Matéo Lecuona fait le chemin inverse et retourne au PGHB. Il explique son choix et revient sur son année au club. 

« Je tiens à remercier l'ensemble du club, les supporters toujours présents et les dirigeants pour cette saison. Ça n'a pas été facile tout du long. Je suis arrivé en début d’année avec Laurent (Baudet ; ndlr) et j'ai regretté son départ (Après seulement quatre journées ; ndlr) mais les conditions n'étaient pas réunies pour une poursuite sereine de la saison.

La suite de l'année a été compliquée pour moi au niveau du handball. J'ai eu peu de temps de jeu et je n'ai pas pu m'exprimer comme je l'aurais souhaité. C'est en partie ce qui a motivé mon départ. Mais je n'ai aucune rancœur. « Charlot » a repris un bateau entrain de couler et il a fait de son mieux. On a eu une grosse période de creux avec beaucoup de matchs perdus et il a fait le choix de privilégier les « anciens ». Ça a payé sur la fin de saison. Le bilan global reste positif avec un classement final plus qu'honorable vu le contexte.

En dehors du handball, j'ai surtout fait la rencontre de supers gars avec qui j'ai passé une excellente année et je sais que je vais les revoir. Mention toute particulière à Alex, Toto, Laurent, Ghibz, Loïc, Julien, Jérôme et Robin. Le groupe des « Schmiross ». J'ai évolué et grandi à leurs côtés et je regrette de les quitter. Je souhaite une bonne continuation à toute l'équipe pour l'année prochaine et qu'ils réussissent leurs objectifs personnels et collectifs.

Si je devais retenir un moment de la saison ce serait ce dernier déplacement en Corse qui aura été une belle conclusion de cette saison avec des performances mémorables de certains à l’aéroport et dans l’avion (rires). »

Merci à toi Matéo pour le jeune homme que tu es et bonne chance dans tes nouvelles aventures.


  • 03/06/2018

Quelques mots de Thomas Gaudin qui nous quitte après une saison en Nationale 2 pour suivre une formation de kinésithérapeute.

« J'ai passé une super année. J'ai bien rigolé et fait de supers rencontres donc je n'en reteindrais uniquement que le positif ! En cette fin de saison le jeu était top ainsi on prenait beaucoup de plaisir ! En tout cas j'ai beaucoup aimé le club, l'ambiance et tout ce qui gravite autour ! Je suis donc un peu triste de partir mais ce n'est peut-être qu'un au revoir. »

Bonne route Thomas et merci !


  • 01/06/2018

Olivier Inghilleri nouvel entraîneur de notre N2M pour la saison 2018-2019

A bientôt 43 ans, celui qui évoluait durant sa carrière de joueur au poste de pivot ou de demi-centre a connu comme clubs Hyères, Fréjus, Saint-Raphaël et a aussi entraîné en Nationale 2 ici, dans les Alpes-Maritimes, à Mougins.

Son arrivée n'est pas le fruit du hasard. Suite au départ soudain de Laurent Baudet après seulement quatre journées de championnat en octobre dernier, Olivier aurait pu prendre le banc, mais trop tard, légitimement, il avait déjà pris d'autres engagements que ce soit au niveau du travail mais aussi de sa vie de famille.

Le voici donc maintenant, au bon moment, pour relever un nouveau défi pour lui, dans une division très intéressante, une poule difficile avec la complexité des centres de formation que l'on connaît. Olivier est bien placé sur ce sujet pour avoir officié plusieurs saison à ce poste d'entraîneur au SRVHB. « Le groupe, je le connais bien, j'en ai déjà entraîné plusieurs à Saint-Raphaël. Alors, le handball, je sais que cette équipe en a, maintenant c'est à moi de leur offrir les bons outils pour que ça fonctionne. Il va falloir travailler et j'ai senti dans leur discours l'envie d'avoir un cadre, quelque chose de structuré, notamment au niveau de la préparation physique et de son évolution tout au long de la saison. C'est une équipe de caractère et comme chacun de ces groupes caractéristiques, ce n'est pas facile à gérer. C'est typiquement le genre de collectif qui use un entraîneur. »

L'objectif prioritaire d'Olivier sera de trouver une régularité dans les performances, ce dont nous avons cruellement manqué cette année avant le dernier tiers de la saison. « Il faut dire que les conditions n'étaient pas idéales. Au soir de la quatrième journée, Jean-Michel s'est retrouvé là, avec Vess, du jour au lendemain, alors que rien n'était prévu. Malgré tout, ils ont fait du bon travail. Mais cette saison, je vais mettre en place ce qu'il faut durant l'été pour que les garçons soient capables de tenir toute une saison. Physiquement. Ce championnat est composé de beaucoup de jeunes équipes, ça court partout, tout le temps. Pour des groupes avec plus d'expérience comme le notre, il faudra être capable de répondre. Il y aura de la piste, certes ce n'est pas très ludique, mais cela paye un jour ou l'autre. On y voit le caractère des garçons. On ne peut pas tricher. On voit très vite les écarts de mental. »

Le groupe, vous le savez, va très peu évoluer. Ovi Pavel ne sera plus là, mais nous le savions déjà, merci pour son aide durant six mois. Thomas Gaudin, lui, nous quitte, presque à regret, pour suivre des études de kinésithérapeute. Hormis cela, nous devrions conserver tout le monde. Nous sommes donc à la recherche de un ou deux éléments pour combler les départs même si, encore une fois, celui de Pavel n'est pas une surprise. « J'arrive mais je ne voulais rien révolutionner. Je n'avais aucun intérêt à faire le ménage. J'ai simplement expliqué mon projet aux garçons, libres à eux de le suivre ou non durant l'été, mais tous vont repartir. »

Et pour imposer sa patte, Olivier sera seul et c'est un choix. « Mine de rien, pour diverses raisons, en quelques mois, le banc de cette équipe a beaucoup bougé. Alors je ne veux pas multiplier les discours. On aura un fonctionnement précis sans risque d'avoir un discours avec des nuances à côté. Il n'y aura pas de désaccord. »

Et quand on voit les résultats avec lesquels les garçons sont entrain de terminer la saison, nous pouvons être ambitieux pour la suite. « Forcément, il est aujourd'hui impossible d’évoquer un quelconque objectif. Pour autant, je le redis, la clé sera la régularité. On devra vite trouver notre place. On aura une carte à jouer : nous sommes des compétiteurs. Mais bon, avec les centres de formation tout peut être tellement aléatoire, en trois jours de temps, un groupe de Nationale 2 peut complètement être chamboulé. »

Olivier arrive aussi au sein d'un club – et ça c'est nouveau pour lui – mixte au haut niveau avec une N2F et une N2M. Ce qu'il en pense ? « C'est très rare : Une bonne promotion pour la ville et le handball. Allier les deux n'est pas simple. Du peu de ce que j'ai vu, aucun des deux groupes ne prend le pas sur l'autre, tout le monde est traité de la même façon. Les efforts sont mutuels. Nous sommes quand même à un certain niveau et l'arrivée de Davor Brkljacic donne encore plus de cohérence à tout cela. »

Reprise de l'entraînement pour les garçons le 2 août prochain au Fort Carré si possible.

PARTENAIRES INSTITUTIONNELS

Partenairesinst